lundi 29 septembre 2014

Fiesta Campera Tyrosse (Thierry Reboul)

Un bon lot de Casanueva pour une intéressante Fiesta Campera à Tyrosse

Arènes de Saint Vincent de Tyrosse, samedi 28 septembre : Fiesta Campera

3 erales de Casanueva pour
Joaquim : silence
Baptiste Cissé : une oreille, vuelta
1/5 ème d’entrée (entrée gratuite)
Salut du ganadero à l’issue de la course
Des gendarmes, pas d’antis

Les Landes sont une région attachante, mais aussi troublante au plan de la météo. Il y fait un temps d’Octobre en Juillet et de Juillet en Octobre. Ce doit être une manière de mettre en avant les particularismes landais ou un arrangement avec la Miss Météo de Canal Plus pour permettre aux chasseurs de Palombe d’être sûrs que s’ils ont mal à la tête qu’il ne s’agit pas d’un rhume.
Un très fort orage avait provoqué le report en Septembre de la  non piqué des Fêtes de Saint Vincent de Tyrosse. Transformée en Fiesta Campera, cette course a vu son cartel modifié suite à la blessure d’El Adoureño.
Face à deux becerristes débutants étaient opposés 3 erales de Guillaume Bats. S’il faut oublier le premier, manso perdido comme le premier d’Aire sur Adour, les deux derniers ont apporté beaucoup de satisfaction à l’éleveur de Montsoué.

Le premier becerro, castaño et léger, n’a pas permis au nîmois Joaquim de s’exprimer. Réfugié dès son entrée en piste dans les tablas, le Casanueva n’avait de cesse que de regagner sa querencia à la sortie de chaque passe. Le torero n’a ni la technique, ni le caractère pour imposer sa volonté à un tel manso perdido. Il arrache quelques passes au long des barrières, se fait accrocher deux fois. Il tue heureusement vite (un pinchazo et une demie efficace). Difficile de juger le gardois dans un tel contexte, mais il me semble ne pas avoir progressé techniquement depuis la non piquée d’Hagetmau. Il à la chance d’être l’élève de Patrick Varin, espérons que le torero lyonnais arrive à lui transmettre un peu de son savoir.

Baptiste Cissé, élève de Richard Millan, toréait ce jour en public pour la seconde fois. Il va hériter des deux meilleurs novillos du lot.
Le second eral, negro un peu plus costaud que le premier,  se révélera être noble et très encasté. Il humilie et répète au capote et permet à Baptiste de montrer ses qualités de capeador.  A la muleta, le Casanueva vient de loin avec énergie. Le torero landais arrive à canaliser cette embestida en début de faena pour une série .Mais il est encore vert et manque d’autorité. Il n’arrive pas à faire humilier et garder son adversaire dans la muleta que le toro touche à chaque passe. Non dominé, le toro prend le dessus et la fin de faena est très décousue et heurtée. L’élève d’Adour Aficion ne peut opposer que son courage. Il tue vite d’une entière de côté et est récompensé par une oreille .L’arrastre est applaudie  à juste titre.


 Le troisième becerro, très bien présenté, est applaudi à son entrée en piste. . Très noble, il fera preuve de plus de suavité et de fixité que le précédent. Handicapé en début de faena par une douleur aux postérieurs, il ira à mas. Ce type de toro convient mieux  au toréo de Baptiste Cissé, désigné par le jury pour le combattre. Il va réaliser une excellente entame de faena. S’accordant avec ce   novillo de qualité, il l’embarque dans de bonnes séries sincères et très élégantes.  Le torero commettra l’erreur de ne pas assez templer les séries suivantes. Manquant d’expérience, il a tendance à vouloir trop vite et trop fort. Le novillo s’améliore, mais surtout moins conduit par le landais, il finit par prendre le dessus et la fin de faena est à nouveau décousue. Le novillero a du mal à placer le toro pour l’estocade. Il perdra l’oreille qui semblait acquise avec les aciers (une entière atravesada et trois descabellos) devra se contenter d’une vuelta  L’arrastre est elle applaudie et le ganadero invité à saluer.




Très agréable après-midi taurin grâce à un bon lot de novillos et un Baptiste Cissé, avec les défauts des débutants, mais appliqué et qui a laissé entrevoir des qualités certaines (à suivre). La gratuité de la course a permis une entrée satisfaisante (les arènes de Tyrosse sont grandes) et surtout la présence sur les gradins de beaucoup d’enfants. C’est ainsi que se construit l’avenir de la tauromachie.


Prochain rendez vous en octobre au Houga pour une journée tienta +  non piquée avec du bétail de L’Astarac et de Camino de Santiago.

Thierry Reboul

lundi 15 septembre 2014

Palma Real Motel


Ce film franco-mexicain d’Aaron Fernandez se passe exclusivement dans un motel sur la côté de Veracruz.
Le jeune Sébastian est embauché pour remplacer son oncle à la gestion, accueil, ménage, entretien du motel. Les journées sont un peu mornes, entre les clients, couples fidèles ou infidèles, les habitués, le vieux gardien de nuit, le jeune voisin qui vend des cocos.
un film calme, où on ne s’ennuie jamais. On peut y parfaire son espagnol-mexicain également!
a voir, vraiment!

Déménagement

Les Chroniques du Moun sur blog, on l’a déjà fait, et on avait arrêté pour cause de trop de boulot.
Là c’est différent, c’est le site qui s’arrête, après 13 ans de fonctionnement sans faille, et les différents chroniqueurs mettront eux-même leurs textes et photos en ligne.
Donc plus d’actualisation tous les 15 jours, mais des articles et des photos qui tomberont comme ça, au hasard de l’actualité ou de l’inspiration.
Bonne lecture, et rendez-vous… au hasard!
Si vous vous abonnez au blog, vous serez sûr de ne rien louper!