Seconde journée à émotions pour la Fragua 2016

Tentadero matinal

Tienta d'une vache du Camino de Santiago et trois de l’Astarac, moyennes au cheval et demandant du métier et de l’autorité à la muleta, noble la dernière, pour José Ortega Cano , Juan Leal, Richard Milian et les élèves d’Adour Aficion Dorian, Florian, Yonn, Juan, Jules et Tristan. 

Dans la forge le forgeron ranime le feu et travaille les aciers pour les rendre plus efficaces, résistants et beaux. Ce dimanche matin, la Fragua et son forgeron Juan Leal a ranimé la flamme d’un Ortega Cano, diminué physiquement mais profondément torero dans de superbes doblones genoux ployés et de profonds derechazos.

Elle a permis aux jeunes élèves d’Adour Aficion, dont un petit nouveau originaire de Saint Cyprien et prénommé Richard, face à des vaches difficiles de Jean Louis Darré de forger caractère et technique.
Ambiance familiale faite de tendresse et d’émotion, bercée par les chants de Rocio Jurado l’épouse décédée du parrain de cette édition 2016.

De grands moments taurins avec la faena superbe de José Ortega Cano à la troisième vache , les muletazos de classe de Juan Laroquette , les séries de Juan Leal à la seconde et les mises en suerte de Dorian. Malgré un bétail compliqué, manquant de fond ,sont aussi sortis avec des réussites diverses mais beaucoup de courage et d’application de second les minots d’Adour Aficion, Florian, Yonn, Jules,et el popular Tristan.

D’ailleurs l’image qui restera de cette Fragua 2016, c’est l’accolade entre le Maestro et Tristan, le plus jeune élève de Richard Milian.
 La première vache (Camino de Santiago) est reçue avec, finesse, à la cape par Ortega Cano. Au cheval, elle va s’améliorer et prend une bonne quatrième pique. Elle est noble, mais un peu faible et abanto. Cano l’entreprend par le haut pour une bonne série à droite . La vache tourner très court dans la muleta . Juan Leal prend les trastos pour des séries à gauche. La vache va à menos et met en difficulté la jeune classe sortie en second.
La seconde (Astarac) dure à fixer , pousse peu sous le fer. Elle vient mieux à droite qu’à gauche dans la muleta de Juan Leal. Elle permet à Juanito de se mettre en évidence. Avec l’aide de Juan , Tristan réalise quelques muletazos. Les deux élèves d’Adour Aficion « chauffent la salle » .
La troisième (Astarac) sort seule de la pique. Ortega Cano l’entreprend genoux ployés et l’embarque pour une superbe faena qui fait vibrer le public. Yonn complète avec bonheur la série.
La quatrième(Astarac) est très désordonnée et distraite à la pique . Paré par Richard Milian, elle est noble et est ensuite toréé par les élèves d’Adour Aficion .avec un final en solo pour Tristan après de bons muletazos en particulier de Juanito.
Juste un petit coup de gueule : où étaient ceux qui vêtus de blanc et de foulards bleus ou rouge, dans les grandes férias, se disent aficionados de verdad. Il n’y a pas que les jours d’Agur qui donnent le frisson. Voir toréer à gusto Cano avec en fond musical, la voix de son épouse Rocio Jurado, vaut bien des Vino Griego ou autres Paquito.
Voir le sourire de Juan et Tristan , fiers de leurs muletazos vaut bien plus que certaines œillades lancés mécaniquement par certains toreros blasés.

chroniques sur ComBoost
Photos Philippe Latour


 Novillada non piquée : Finale de la Fragua 

Obligé de quitter les arènes avant la course suite à un souci de santé de mon épouse , c’est avec l’aide de mes compagnons d’arènes habituels (Philippe Latour, Nicolas Couffignal et Olivier Viaud) que le résumé suivant de la finale a été réalisé.

5 erales de la ganaderia Tierra d’Oc , noble le premier , compliqués les quatre autres pour
Juan Molas : une oreille , silence à l’eral réservé au vainqueur de la Fragua
Fernando Plaza : silence
Ignacio Olmos : silence
Alfonso Pablo Ortiz : une oreille
Environ 500 personnes


chroniques sur ComBoost
Photos Philippe Latour

Juan Molas a profité de la noblesse d’un eral ,presque soso, pour construire une faena élégante conclue rapidement à la mort .Il a été à la peine face au compliqué cinquième.

Fernando Plaza et Ignacio Olmos ont été mis en difficultés par des erales mansos, et ont mal tué.

Alfonso Pablo Ortiz a réalisé la meilleure faena du jour ,qu’il conclue moyennement avec les aciers.

 Juan Molas est déclaré vainqueur de la Fragua ,décision contestée par une partie du public.

 Ainsi se termine la Fragua et comme on dit en Provence : « La Fragua 2016 est morte ,vive La Fragua 2017 » en espérant être encore plus nombreux l’an que ven.

 PS : Pour les antis au rythme où leur nombre fond alors que les températures sont basses , ils devraient avoir disparus quand l’été arrivera.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN

Novilleros attention danger !

Chroniques taurines d'une petite Madeleine