Fiesta Campera : RION DES LANDES 2014

La temporada 2014 est morte, vive la temporada 2015 !
  

Resena brindée à ma maman qui fêtait ce week-end ses quatre fois vingt ans



Arènes de Rion des Landes, dimanche 23 novembre : Fiesta Campera 2014

Quatre  novillos de Luc et Marc Jalabert et un toro de Camino de Santiago pour
Curro Diaz : deux oreilles
Medhi Savalli : deux oreilles
Juan Leal : deux oreilles
Louis Husson : deux oreilles
Pablo Aguado : deux oreilles et la queue
Vuelta au cinquième novillo.


Rendez-vous traditionnel de fin de saison, la traditionnelle Fiesta Campera de Rion a bénéficié d’une météo plus clémente que les années précédentes, malgré quelques gouttes de pluie, mais les gradins étant couverts, le public venu en nombre remplir les étagères presque au trois quarts.
L’ambiance est détendue avant la course, pas d’antis en vue (seuls six ont été aperçus traînant leur spleen loin des arènes). Bonijol, très joueur, s’amuse et plaisante dans le patio de caballos. Cela sent la fin d’année scolaire et pourtant les toreros vont s’appliquer et nous permettre d’assister à une intéressante matinée taurine.
Pour les trophées, j’hésite entre la traditionnelle formule « récompense festivalière » ou « école des fans »
Les trois premiers novillos des Frères Jalabert, corrects de présentation, ont manqué de force. Noblotes, ils ont permis aux toreros, libérés de toute pression, de s’exprimer en fonction des moyens de l’homme et de l’animal. Le toro de Jean Louis Darré et le dernier camarguais offraient beaucoup plus de possibilités
 

Fin torero sévillan, Curro Diaz hérite d’un Jalabert faible et qui sortira très faible d’un choc contre un burladero. Économisé à la pique, le toro chutera à plusieurs reprises. Il accroche la cape lors des premières passes. A la muleta, Curro doit le toréer par le haut, et le toro s’arrête en cours de charge  et accroche à plusieurs reprises le torero. Grâce à son métier, ce dernier va réussir à tirer quelques belles naturelles templées et nous faire regretter de ne pas le voir toréer plus. Les premiers trophées tombent après une entière basse et rapide d’effet.
 


Medhi Savalli continue sur sa lancée des Baltasar Iban aturins. Il s’est repris, mène une vie compatible avec l’exercice de la profession de torero et prend à nouveau du plaisir à toréer. Élégant à la cape , précis aux banderilles, il va réaliser un bon début de faena face à un Jalabert économisé au premier tiers. Bonne entame en doblones puis séries intéressantes à droite et à gauche, le novillo noble mais faible baisse vite de ton. Le toreo devient plus superficiel ,Medhi toréé plus le public que le bicho. Malgré un pinchazo ,une entière contraire et deux descabellos, le jeune arlésien est fêté par le public.
 

Attendu par ses fans Juan Leal est opposé à un toro de Jean-Louis Darré. Bien présenté le Camino de Santiago sera le plus brave face au cheval. Le jeune arlésien prend les palos et pose une excellente troisième paire.  Le toro est noble. Il vient bien de loin en particulier à gauche.  Hélas Juan lui sert sa faena habituelle. Il raccourcit les distances, étouffe le bicho. Le Camino veut aller à mas mais finit par perdre son moral ; accroche le torero et finit près des planches Le public aime, accorde deux oreilles après un pinchazo et une bonne entière. Je reste sur ma faim persuadé que le novillo méritait mieux
 

Le quatrième (Jalabert) est un jabonero, costaud qui pousse en manso sous le fer. Le novillo est compliqué. Bien banderillé par El Santo il arrive à la muleta avec une tête chercheuse. Louis Husson manque de métier pour gérer un tel adversaire. Il s’arrime avec courage mais, manquant de poder, il se fait déborder. Avec foi, il s’engage pour un grand coup d’épée qui tue sans puntilla. Les trophées sont mérités pour récompenser le courage et la grande estocade.

Déjà triomphateur des non-piquées d’Août ; Pablo Aguado va à nouveau triompher à Rion. Son adversaire (Jalabert) sera brave en une rencontre et bien banderillé par Rafael Viotti. Le torero saura exploiter le fond de noblesse du novillo. Avec une classe et un temple surprenants pour un torero encore en non piquée, Aguado va dessiner une grande faena alternant séries à droite et à gauche imposant avec art sa volonté et sa domination au toro. Que de progrès depuis Aignan pour ce jeune torero qui sera à suivre lors de ses débuts en piquée à Olivenza !
Alliant art et dominio, il conquiert le public qui lui accorde les trophées maximum. La vuelta au toro ne s’imposait pas mais on est en fiesta campera. 
 



C’est sur une note d’espoir que s’achève presque la temporada 2014 dans le Sud Ouest. Presque car cette année, car les arènes de Brocas nous offrent le 07 décembre ce qu’on appelle dans  le Sud-Est un revivre avec la lidia, à 11h, de deux novillos de Malabat par Tomas Campos.
 

Seule ombre au tableau de cette journée, un anti, encore plus décérébré que l’habitante d’Habas qui s’est érigée en nouvelle meneuse de ce qui reste des troupes antis, a lancé un fumigène dans la salle où se déroulait le repas de l’Aficion. Identifié, il fera l’objet de poursuite.



Textes et Photos de Thierry Reboul

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN