AU REVOIR LÀ HAUT

Albert Dupontel


Les tranchées de la guerre de 14/18... Un lieutenant fou qui envoie ses hommes à la mort. Mais certains en réchappent. Édouard Péricourt a le bas du visage emporté. Il demande à Albert Maillard de le faire mourir sur le papier, et en échange se procure l'identité d'un mort que personne ne réclamera. La famille d’Édouard est riche, mais son père n'a jamais admis qu'il se révèle être un peintre de talent.
Les deux anciens combattant vivotent, l'un faisant des petits boulots, l'autre dessinant et accro à la morphine...

Un très très beau film. Après la furie de la guerre on suit nos deux héros dans leurs aventures dans la vie civile. C'est beau, poétique, dramatique, drôle...
Laurent Lafitte dans le rôle du méchant est parfait, les filles, Mélanie Thierry et Émilie Dequenne ne sont pas en reste, y compris la jeune Louise.
Niels Arestrup trouve là également encore un très beau rôle, tout comme Nahuel Perez Biscayart, et Albert Dupontel lui même, qui ne devait pas jouer au départ, mais qui, par le jeu des désistements a été obligé.
N'oublions pas Michel Vuillermoz dans le rôle du petit fonctionnaire incorruptible et méthodique !

A voir à voir à voir !!!

Commentaires

  1. Ben j'ai suivi ton avis et moi qui ne vais me faire une toile qu'une fois tous les 2 ou 3 ans, j'y suis allé car ton avis, très dense, m'y a conduit. Je suis d'ailleurs un inconditionnel de Dupontel ayant adoré 9 mois ferme. Il sait ce qu'il veut et il ne balle pas ses films. Celui là en deux parties est particulièrement léché. Sans être un chef d'œuvre complet, il est brillant dans ses deux parties. La fin est extrêmement émouvante, une grande scène avec un grand acteur. J'ai eu raison de te suivre : je me suis régalé, tout comme la salle qui, bien que l'on soit un dimanche aprem, était bondée, et a applaudi de manière nourrie à la fin de ces deux bonnes heures qui passent bien trop vite. On reconnait un bon film à l'attitude du public à la fin : celui là a regardé debout le générique jusqu'au bout...c'est un signe en général.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN

Chroniques taurines d'une petite Madeleine

Ne pas tuer les toros ou comment tuer la corrida