Les taurinus et les antitoutus : un peu d'humour taurin

En l’an de grâce  2015, coexistaient dans le bon pays de France, deux peuplades : les Taurinus et les Neutrus.
Les taurinus adoraient  des animaux noirs et cornus  qu’ils affrontaient  à pied, à cheval dans la rue et dans des lieux magiques (appelés communément arènes). Certains taurinus s’habillaient de blanc et couraient devant les biou (variété locale de l’animal  cornu) leur dérobant rubans et ficelles, d’autres vêtus d’or dansaient avec le toro (variante hispanique du biou) une danse célébrant le courage, la vie et la mort, d’autres, têtus comme des gascons, attendaient de pied ferme  des cornus femelles pour esquiver leur charge par des feintes et des sauts.
Dans les rues autour des arènes, tous affrontaient l’animal vénéré dans des jeux moins règlementés mais tout aussi exaltants.
Les neutrus, souvent cantonnés dans le Nord du pays, regardaient ces originaux avec beaucoup de bienveillance, s’essayaient, les beaux jours venus, à être des taurinus avec plus ou moins de réussite.
Taurinus et neutrus festoyaient ensemble et  tout allait bien dans le meilleur des mondes possibles.
Hélas dans un container venant de la lointaine Amérique est arrivé un vilain frelon, l’amalistus intransigeantitus, sa piqure transforme tout être vivant en  tristus antitoutus.
Tels des zombies, les tristus errent de place en place voulant empêcher les taurinus de vivre leur passion.
Certains ,nourris après minuit, les tristus cracus, sont les plus agressifs ; Leur chef, le dénommé Garigus (petit cerveau mais grande gueule), rêve tel Napoléon de prendre le pouvoir et d’exterminer les taurinus.
Il s’en prend d’abord aux  taurinus  adorateurs du toro, mais ces derniers résistent. Les tristus faiblissent.
Pour régénérer les forces vacillantes des vilains tristus antitoutus, Garigus décide de s’en prendre aux adorateurs du biou. A Eyragues , à la Garde Freinet ,il lance ses zombies destructeurs de liberté . Certaines victimes du vilain frelon commencent à dénigrer feinteurs et sauteurs.
Mauvais calcul Garrigus, car se sentant attaqués les taurinus se rassemblent et……je me réveille.

Sans me précipiter sur l’interprétation des rêves  écrit par Freud, je comprends ce qui a conduit mon moi, surmoi et autres acteurs conscients et inconscients à déclencher ce rêve.
Tout est vrai, sauf le rassemblement de tous pour défendre notre culture tauromachique.
Dans la réalité certains ont créé des structures « à eux «  sans cohérence et sans impliquer l’ensemble des taurinus de base.
Certains camarguais, naîfs ou présomptueux, croient que les antis ne toucheront jamais à leur tradition malgré les attaques contre les encierro et abrivado. Pire ils sont persuadés qu’en sacrifiant la corrida, ils sauveront tauromachies camarguaises et landaises.
Qu’ils demandent aux producteurs de foie gras, aux cirques, zoo, aux enseignants harcelés pour empêcher visites de parc animaliers et spectacles sous le chapiteau Pinder et consorts.  Ils leur expliqueront combien les victimes du frelon perdent la tête et s’en prennent à tout être humain au nom d’un sectarisme pro animal venu des tréfonds de l’Amérique Puritaine appelé le veganisme.
Je suis trop cartésien pour croire aux rêves prémonitoires. Mais comme Martin Luther King je pense que mon rêve avait un vrai sens : La nécessité de  rassembler  les peuples  afeciouna, aficionados et coursayres pour défendre notre culture.
Le vilain frelon est aujourd’hui affaibli, il ne pourra pas résister face à un front uni de tous les amoureux de la tauromachie .L’ONCT, l’UVTF, les clubs taurins ont joué leur rôle et doivent continuer à le jouer.
Mais pour gagner la bataille et pérenniser notre culture, il faut aussi que tous, aficionados, afeciouna et coursayres de base et de tous les coins de France, nous nous unissions  pour créer un Selma de la tauromachie.
Comme nos anciens qui avec de Montaut-manse ont levé les tridents, à nous , taurinus de nous unir pour partager nos traditions si variées mais si proches  .Ainsi nous défendrons  et ferons perdurer notre culture commune et la transmettrons aux nouvelles générations



Mars 2015

Thierry Reboul

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN