Dax 1ère de Toros y Salsa .6 Cuadri décastés+ 2 toreros hors du coup = un grand ennui à Dax .

Arènes de Dax, samedi 12 septembre : première corrida de Toros Y Salsa
 6 toros de Celestino Cuadri bien présentés, mais totalement décastés. Seul le quatrième a permis un semblant de  faena.
Fernando Robleño : sifflets, un avis et silence
Javier Castaño : silence, silence
Alberto Lamelas : un avis et vuelta, silence
Picadors  (à l’exception d’Alberto Sandoval) et peones en dessous de tout
9/10èmes d’arènes
Ciel menaçant avec pluie au cinquième et menaces orageuses au sixième
Il ya des jours on se demande pourquoi on est aficionado. Heureusement quelques morceaux de salsa et la rencontre des amis autour des arènes avant et après  la course m’ont évité d’être complètement déprimé en quittant l’autre grande ville landaise.
Pour résumer la corrida a été nulle, voire même archi nulle
Les grands coupables en sont les bœufs de la ganaderia Celestino Cuadri qui ont défilé sans peine ni gloire sur le sable dacquois.
Ils ont été accompagnés dans leur médiocrité par un Fernando Robleño piètre tueur  et par un Javier Castaño prudent voire prudentissime aussi bien avec la muleta qu’avec l’épée.  .
Seul Alberto Lamelas a fait montre d’envie pour tirer quelques passes à un troisième bicho manso et avisé.
Le ciel n’a pas apprécié cette corrida, déclenchant la pluie au cinquième et actionnant tonnerre et éclairs au dernier.
Le premier toro de Robleño a choisi de vivre au ralenti et en économisant ses forces .Il rentre en marchant dans l’arène. Il ne pousse pas sous le fer et limite son activité à la charge minimum dans la muleta. Pour être à l’unisson, le torero, après avoir pris le périphérique pour deux pinchazos, passe directement au descabello  sans avoir mis d’épée ; Les deux protagonistes sont sifflés.
Le quatrième sera le seul à avoir un peu de charge. Discret au cheval, il est tardo à droite. Le torero s’en voit mais arrive à lier une série. A gauche il vient mieux et les   naturelles qui sans être transcendantes sont acceptables. Le toro est franchement soso, il transmet peu et Robleño a du mal donné du relief à la faena. A l’épée, s’il manque de sincérité, il ne manque pas de maladresse. Silence, là où il pouvait espérer au moins saluer s’il avait tué correctement.

Castaño s’enfonce inexorablement vers l’oubli. Il n’a même pas pu s’abriter derrière une cuadrilla de luxe qui a été inexistante cet après-midi. Il toréé avec beaucoup de distance (je veux parler de prudence et pas de sitio). Il fait, la muleta à Dax et le corps à Pomarez, une faena uniquement droitière. Il prend la nouvelle rocade dacquoise pour tuer un toro sans grand intérêt.
Le cinquième est un invalide qui aurait du être renvoyé au toril. Il charge sur un quart de passe. Comme le torero n’est pas très motivé, il écourte les débats d’une mete y saca dans le cou, un pinchazo et un entière en avant. Certains, parmi les organisateurs, ont du regretter d’avoir engagé pour deux corridas, un torero qui n’est plus dans le coup.

Alberto Lamelas s’est attiré par son courage et son envie de bien faire la sympathie du public. Son premier opposant est un manso, avisé dont la corne droite est dangereuse. Avec application et sérieux, le torero réussit à « maîtriser » au mois partiellement ce défaut et à donner quelques bons muletazos avec la main droite. Petit passage à gauche où le Cuadri manque d’énergie avant un final plus trémendiste qui chauffe les spectateurs. La faena s’éternise un peu et le courageux torero fait une vuelta après un pinchazo et une entière tombée.
A Lisbonne, il y a longtemps, un toro s’est figé parce qu’il avait ressenti les premiers signes d’un tremblement de terre. Le dernier Cuadri, soit effrayé par le tonnerre qui grondait soit par manque total de caste, s’est transformé en statue. Alberto Lamelas est contraint par le public à abréger  très rapidement.

En bref, une corrida à oublier, seul fait intéressant de cette pluvieuse journée, c’est le nouveau fiasco   des antis ; De moins en moins nombreux, de plus en plus ridicules, ils voulaient casser la baraque à Dax, ils ont fait un flop qui devrait faire réfléchir leur égérie, pseudo militante basque, et l’inciter à retourner chercher la zénitude auprès des bonzes dont elle assure la promotion sur sa page facebook.  

Prochain rendez vous taurin  pour moi à Vic dimanche 20 septembre


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN