LE BEAU ROI SINGE

OPÉRA CHINOIS

Si en occident on va à l'opéra pour écouter de la musique classique, celle de l'opéra chinois aurait plutôt tendance à anéantir les tympans. On dirait un peu une batterie de cuisine qui dévale un escalier sans fin. Une fois bien enfoncés les bouchons d'oreilles (oui, je suis prudente) j'ai pu me concentrer sur l'histoire : le Roi Singe qui combat l'Enfant Rouge, puis sa mère (de l'enfant) pour lui piquer son éventail magique, puis un démon prend son apparence (du Roi Singe) et il le combat à mort.
Tout ça très chorégraphié, j'imagine que chaque geste a une signification. Quand je voyais les positions de doigts fort peu naturelles que prenait la mère de l'Enfant Rouge, je me disais que ça devait être aussi précis que les gestes de Qi Gong ou de Taï-Chi. L'éventail comme il était chinois, il ne ressemblait pas à ceux des espagnoles, mais avait un manche, un peu comme une raquette...
Les costumes étaient magnifiques, étincelants, brillants, brodés. Les combats étaient nombreux, avec plein de garçons qui ont fait des acrobaties, jongleries, équilibre.
C'était une chouette soirée dépaysante à souhait!

L'opéra Wu est le deuxième le plus représenté derrière l'opéra de Pékin. Riche d'une histoire de quatre siècles, il est inscrit au patrimoine culturel immatériel de Chine.










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN

Chroniques taurines d'une petite Madeleine

Bilan de la temporada 2017