LA VENUS A LA FOURRURE

une pièce de David Ives

avec Marie Gillain et Nicolas Briançon


Quand une pièce a obtenu le Molière l'année précédente, le public se presse en masse pour assister à la représentation qui se joue chez nous.
Le théâtre municipal était effectivement plein comme un œuf, strapontins compris.

Pendant deux heures Wanda Jordan et Thomas Novachek occupent la scène en tous sens, l'une venant à l'audition de l'autre. Elle est en retard, elle est vulgaire, mais elle s'avère être le personnage. Et le casting dure tout autant que la pièce qui doit être mise en scène.
On ne s'ennuie pas, c'est hyper bien joué (je n'ose imaginer cette pièce avec de mauvais acteurs!), l'échange de rôles vers la fin est bien vu, mais...
Je n'ai pas compris pourquoi cette fille sait tout sur ce type et sa compagne, pourquoi elle est là, quel est son véritable but. A un moment elle dit être une détective privée, on ne sait si c'est vrai ou faux. Et je n'aime pas ne pas savoir pourquoi on dit ça et pas autre chose.
Mais une bonne pièce indéniablement. 


En sortant, j'ai vu que quelques personnes ne savaient pas que le parking au pied du donjon avait disparu, et continuent de l'utiliser... Ah la force de l'habitude !!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN

Chroniques taurines d'une petite Madeleine

Bilan de la temporada 2017