Tyrosse : de l'intérêt du toro manso ou manso con casta

Arènes de Tyrosse, dimanche 19 juillet, corrida des Fêtes 2015
6 toros de Baltasar Iban pour
Curro Diaz : une oreille, silence
Joselito Adame : une oreille, une oreille
Juan del Alamo : silence, silence
12  piques , cavalerie Heyral
Piqueros applaudi au cinquième et ovationné au troisième
2/3 d’arènes
Salut des  banderilleros au premier et cinquième 
Photos de Christian Sirvins


Bouleversé par le forfait de Daniel Luque, le cartel de Tyrosse a suscité pas mal d’intérêt dans les rangs des aficionados. Certains ont même bouleversé leur programme dominical établi pour venir à Tyrosse. Ils n’ont pas eu à regretter leur déplacement.
Les  6 toros de Baltasar Iban ont présenté une grande variété de comportements qui combinée aux profils  différents des trois toreros ont donné 6 combats très intéressants.
Cette variété a contribué à entretenir l’intérêt tout au long de la course. Il n’y a pas eu de toros sosos mais des mansos plus ou moins encastés donc forcément du sérieux, du danger et donc de la vraie émotion. Les trois toreros ont été obligés de s’impliquer dans la lidia et on a vu deux très bons tercios de piques.  Le public semblait satisfait à l’issue de la course, preuve que cette tauromachie, du manso con casta, fonctionne aussi bien que celles des toros de troisième tiers et des figuritas.
Si le comportement des Ibanes a été divers, leur présentation a été aussi hétérogène, avec de très beaux toros et d’autres moins bien faits. Ils avaient tous du bois sur la tête.

Le premier est plutôt maigre, il met bien la tête dans la capote de Curro Diaz, à retenir une très belle véronique. Au cheval, le toro prend deux piques sans vraiment s’employer. A la muleta, Diaz va améliorer la corne gauche du toro, il aura plus de difficultés à droite. La faena, sans atteindre, les sommets sera comme souvent avec Curro Diaz parsemée de détails de classe en particulier lors des dernières séries de naturelles. Une oreille après une entière tombée, la pétition n’est pas vraiment majoritaire .La vuelta sera applaudie ainsi que l’arrastre.
Le quatrième est bien charpenté  mais léger. Dès la cape, il se comporte en manso, s’arrêtant dans sa charge. Il vient deux fois au cheval .Mal piqué, il pousse surtout à la première rencontre. A la muleta, il devient vite parado et avisé .Curro Diaz abrège et tue d’une quasi entière après un pinchazo.  L’arrastre est sifflée
.
Le second est un joli toro. Il obtient la chute du groupe équestre lors de la première pique. 

Il pousse lors de seconde, dommage qu’il ne soit pas mis en suerte une troisième fois.
A la muleta, il est noble avec un vrai fond de caste. Joselito Adame reprenait après sa blessure de Burgos. 

Il va réaliser une très intéressante faena essentiellement droitière En se croisant, il canalise la charge du toro et peut conduire les passes avec temple   .Dommage que le mexicain n’insiste pas sur le côté gauche, compliqué mais peut-être exploitable. La faena, après un pinchazo prudent et une belle entière engagée est récompensée d’une oreille.


Le cinquième prendra deux bonnes piques en poussant, surtout la seconde. Il aurait pu en prendre une troisième. Le toro est gazapon et a tendance à démarrer sa charge avant le toque du torero. Il envoie également des coups de tête en fin de passe .Joselito Adame va atténuer ses défauts partiellement en forçant le toro à humilier et en le gardant dans la muleta .

Sans totalement corriger totalement ces défauts, le torero mexicain va réussir en fin de faena, deux belles séries. Il sera à nouveau récompensé d’une oreille après une entière et deux descabellos.
Juan del  Alamo n’est pas dans un grand jour. Tout avait pourtant bien commencé au premier.

 Placé de loin, le toro va charger avec alegria et prendre deux superbes piques. Le piquero est ovationné .Le début de faena est intéressant avec de très belles séries croisées et templées.  Le torero relâche peut être la pression trop vite, le toro est plus manso con casta que brave. Toujours est-il qu’attiré par la zone où le précédent est mort insuffisamment recouverte de sable, il part dans les tablas et se met à refuser tout combat. Malgré les efforts du torero, la faena pourtant prometteuse tourne court, laissant Del Alamo et le public frustré.

Le sixième est compliqué à la cape. Il prend deux piques. Il est manso, regarde vers les tablas et a une charge pas très claire .Juan del Alamo, pas au mieux de sa forme, ne va jamais trouver le sitio et la manière pour dominer le toro. 

Comme quand il était novillero, il devient brouillon. Il se fait chahuter et accrocher  à plusieurs reprises .Il prendra au passage un coup sur le mollet. Deux pinchazos, une entière plate couche le Baltasar Iban.

Joselito Adame sort en triomphe à l’issue d’une intéressante corrida de toros, mansos en général con casta  et certains toréables, au cours de laquelle le danger et l’émotion ont toujours été présents. Entre la course d’Eauze et celle de ce jour, mon choix est vite fait.


 Maintenant, attendons Madeleine .Elle viendra, c’est sûr en prenant le train du 22.

Ps : ce lundi soir resena de la matinale organisée et offerte gratuitement par le cercle taurin tyrossais.

Thierry Reboul


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN

Novilleros attention danger !

Chroniques taurines d'une petite Madeleine