Analyse comparée des deux non-piquées du week-end Pascal.

Photos de Laurent Larroque

Le week-end pascal a vu Baptiste Cissé et Adrien Salenc affronter des erales d’origines différentes, Marquis de Domecq et Pedrajas à Aignan et Miranda de Pericalvo/Luis Algarra à Mugron.
Si la répétition des toreros peut finir par lasser, la comparaison des performances des toreros en fonction des encastes n’est pas dénuée d’intérêt.


Côté bétail, c’est l’encaste Pedrajas qui a remporté la compétition avec l’excellent novillo de l’Astarac sorti en troisième position à Aignan. Les Alma Serena ont, par leur complexité, obligés les toreros à mesurer le chemin qu’il leur reste à faire. Les Camino de Santiago plus nobles, ont permis de réciter les gammes.

Adrien Salenc n’a plus rien à prouver en non piquée. Face à des novillos faibles (Camino et Alma Serena), il se laisse aller à une tauromachie « spectaculaire » mais qui résulte soit  heurtée, brouillonne  ou bien transmet peu car on perçoit trop la facilité compte tenu de l’expérience du torero.

L’élève de la fondation El Juli a été obligé de revenir aux fondamentaux face à son Astarac d’Aignan
Faena débutée en dilettante, mais l’eral rappelle à l’ordre le novillero, Adrien revient à une tauromachie  plus classique et mieux construite. Il fera la meilleure faena des deux courses. en mettant en valeur, les qualités du bicho. 

Dominé en l’obligeant à rester dans la muleta, le Darré ira à mas tout en permettant au torero de préparer avec sérieux son passage en piquée à Captieux.

.Baptiste Cissé, après de gros progrès fin 2015, stagne un peu. Il est toujours aussi élégant, en particulier à la cape ,mais   a du mal à peser sur des novillos soit encastés, soit compliqués.  Il fera sa meilleure faena face au Camino de Santiago. Le toro noble et faible pardonne les erreurs et Baptiste enchaîne les séries templées qu’il affectionne. 

Ce sera plus compliqué avec le Pedrajas et surtout les deux Alma Serena de Mugron.  Face à ces deux novillos compliqués et qui demandaient de l’autorité, le landais s’est fait déborder et secouer à plusieurs reprises jusqu’à perdre sa sérénité habituelle et toréer à contre-emploi.  En pédagogie on dit que l’on apprend en faisant , en commettant des erreurs, en surmontant des difficultés mais aussi en s’auto-analysant avec objectivité. Il y a de quoi faire  pour Baptiste et son mentor lors des prochaines séances de vidéos et de carreton.


Prochaine séance de tauromachie comparée, le 05 mai à Mimizan ; face à d’autres encastes.

Dernier point, et pas des moindres, c’est l’affluence plus que satisfaisante sur les gradins avec un public averti et surtout à Mugron, jeune.

Fiches techniques

Arènes d’Aignan, novillada non piquée des fêtes d’Aignan. Dimanche de Pâques
Deux erales du Camino de Santiago (1 et 2) et deux de L’Astarac (3 et 4), faibles et nobles les Camino, plus sérieux les deux Astarac avec un troisième supérieur et très encasté pour
Adrien Salenc : une oreille, un avis et une oreille
Baptiste Cissé : une oreille, une oreille.
Très belle entrée pour une matinale avec des gradins à moitié remplis sous un soleil presque printanier.
Les deux novilleros se partagent les prix offerts par les organisateurs du Sud-Ouest et le club taurin d’Aignan avant de sortir en triomphe. Le ganadero est invité à saluer.


Arènes de Mugron, novillada non piquée. Lundi de Pâques.
Trois erales d’Alma Serena bien présentés, sérieux, complexes mais adaptés à l’expérience des novilleros pour
Adrien Salenc : une oreille
Baptiste Cissé : une oreille, un avis et silence
Baptiste Cissé est déclaré vainqueur de cette novillada matinale et reçoit de la part de l’UCTPR, une muleta
Le prix des organisateurs du Sud Ouest est partagé entre les deux toreros.



Thierry Reboul

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

YHANN KOSSY & LUCAS VERAN

Chroniques taurines d'une petite Madeleine

Bilan de la temporada 2017